chicken-1851495_1920.jpg

Grippe aviaire : un autre type de virus aux portes de la Belgique

Dès le mois de mai 2020, de nombreux cas de grippe aviaire hautement pathogène (IAHP) de type H5, ont été identifiés en Russie et au Kazakhstan, des régions qui abritent beaucoup d’oiseaux migrateurs.

Certes, on ne peut pas contrôler la route de migration d’un oiseau. Mais, grâce aux mesures de biosécurité déjà en place dans les exploitations professionnelles et grâce aussi à un système efficace de surveillance, de prévention et de gestion instauré par l’AFSCA, la présence et la propagation du virus en Belgique fût limitée.

Quand les volailles sont, elles aussi, confinées

Le 1er novembre 2020, compte-tenu du risque augmentant en Belgique, la période de risque accru a été déclarée par le Ministre de l’Agriculture afin de permettre la mise en place de mesures supplémentaires pour limiter le risque d’introduction du virus dans les exploitations de volailles de notre pays. Le 13 novembre 2020, les premiers cas d’oiseaux sauvages infectés par le virus hautement pathogène de la grippe aviaire H5N8 ont été identifiés en Belgique, dans la province de Flandre occidentale, à Ostende. Tous les détenteurs de volailles et d’oiseaux d’ornement, qu’ils soient professionnels ou particuliers, ont alors reçu l’injonction de confiner leurs animaux afin d’éviter tout contact avec les oiseaux sauvages.

Fin de l’année 2020, 3 foyers d’influenza aviaire ont été identifiés en Belgique. Les mesures n’ont donc pas pu empêcher des foyers, mais ont certainement permis d’en limiter très fort le nombre.