front-view-fresh-raw-fish-with-lemon-sli

S'organiser pour lutter contre la fraude

La fraude est une notion qui ne date pas d’hier et la lutte contre la fraude dans la chaîne alimentaire constitue un point d'attention des autorités de contrôle, notamment de l’AFSCA. Tant qu’elle génèrera d’énormes profits, tant que les nouvelles modes et les nouveaux produits (dont sont friands les consommateurs) créeront autant d’opportunités de fraude, il y aura des individus ou des groupes (parfois d’envergure internationale) qui tenteront leur chance. Depuis de nombreuses années, l’AFSCA développe une stratégie de lutte contre la fraude, hissant ainsi la Belgique à la pointe de la lutte contre la fraude alimentaire.

Un réseau international de lutte contre la fraude

La fraude ne connait pas de frontières mais les autorités européennes sont bien déterminées à se serrer les coudes ! En Europe, de plus en plus de moyens sont alloués à la lutte contre la fraude alimentaire, ce qui permet la mise en place de systèmes européens modernes et innovants, l’organisation d’actions coup de poing d’envergure internationale, comme les opérations OPSON et Silver Axe auxquelles la Belgique participe chaque année. 
 

Au niveau de la Belgique, l’AFSCA a, ces dernières années, renforcé sa cellule de lutte contre la fraude, l’Unité Nationale d’Enquête (UNE). Sur le terrain, les lignes bougent : on voit des contrôleurs formés et entrainés à capter les signaux de fraude, un réseau d’échange d’informations se mettre en place, la collaboration avec les différentes autorités (parquet, services de police, des douanes, …) se concrétiser.
Prévention, détection, répression. La lutte contre la fraude s’organise et cela porte ses fruits : 792 enquêtes pour fraudes ont été ouvertes en 2020.

concept de réseau social